💡”Le monde associatif et la crise” Texte de Véronique Sibille

Les temps difficiles, que nous traversons, constituent pour nous dirigeants associatifs et pour les associations un peu une double « peine ». Comme tout le monde, on est impacté par la peur ambiante et les mauvaises nouvelles. Mais en plus, les associations dans lesquelles on s’investit sont mises aux arrêts de rigueur, on se trouve donc un peu inutile et sans doute privé d’une de nos raisons de vivre.
C’est pour cette raison, et avant de devenir « chèvre », que je vous propose quelques remarques et conseils, fruit de lectures, réflexions, échanges pour mettre à profit notre confinement et une certaine inactivité.

1° Prendre soin de soi et des autres.
Chacun (e) doit d’abord prendre soin de soi. Sécurité personnelle, qui comme nous l’avons compris maintenant, conditionne également celle des autres. Sauf à quelques rares exceptions, aucune activité associative, aucun projet ne peut se poursuivre à l’heure actuelle, sans faire courir des risques à ses participants et se mettre en contravention avec les dispositions réglementaires. Alors en tant que dirigeant, n’entreprenez rien qui vous conduirez à braver les mesures de confinement. Il est nécessaire de bien nous informer sur le COVID-19 en choisissant nos sources d’information, privilégions les médias de référence ou le site mis en place par le gouvernement et ne relayons pas d’informations dont nous ne connaissons pas la source.

2° Garder le contact avec nos adhérents et nos bénévoles.
Cette crise sanitaire, sans précédent, est en train de bousculer nos pratiques associatives. D’ici quelques jours, quelques semaines, la motivation pourrait faiblir et certain(e)s risquent de se sentir isoler. Déjà, dans des conditions habituelles, il n’est pas facile de conserver l’énergie mobilisatrice des équipes de bénévoles et de salariés, mais dans cette période de confinement cela devient un enjeu de taille. Il nous faut négocier en marche forcée le virage du numérique mais aussi sans doute le management de nos salariés et le télétravail.
Gardons le contact, soyons vigilant et anticipons. Identifions un projet ou une action transversale, lançons une consultation sur une thématique dont nous savons qu’elle intéresse nos équipes. Ressortons des projets oubliés ou mis de côté car en cette période de confinement où nombre de sujets autrefois « urgents » sont gelés, c’est l’occasion de les questionner à nouveau. Dirigeants associatifs, lançons-nous dans la réflexion en petite équipe en appui sur de bons outils collaboratifs devenus nos alliés. Ce confinement nous force tous à revoir nos méthodes de travail. C’est un défi auquel nous monde associatif n’étions pas vraiment préparé. Il est logique d’être perturbé par la situation, tolérance et bienveillance envers nous-même et nos équipes sont de mise par les temps qui courent. Faisons de notre mieux, comme toujours !
De nombreuses associations ont leur assemblée générale en fin d’année. Soyons réalistes : nous ne sommes pas aujourd’hui en mesure de prédire la durée de cette crise. Or, les idées ingénieuses naissent souvent des situations difficiles, qui ne laissent pas d’autre choix que de contourner les obstacles. Cette crise est une bonne opportunité d’innover pour le monde associatif. Le vote électronique en fait partie. Il permet d’offrir à nos adhérents un espace démocratique en ligne, en ayant simplement un accès à internet. Cependant si ce mode de scrutin nous intéresse, pensons à vérifier en amont si celui – ci n’est pas contraire aux modalités de vote décrites dans nos statuts et que tous nos adhérents puissent accéder à un accès à internet.

3° Appréhender la sortie de crise.
Pour terminer, bien qu’il semble encore tôt pour imaginer l’impact de la crise sanitaire au sein de nos organisations, nous savons d’ores et déjà qu’il faudra rassurer les usagers, remobiliser les équipes, renouer avec les financeurs, consolider les ressources, soigner la communication, etc. Anticiper la sortie de crise est un excellent levier pour maintenir la mobilisation de nos équipes. N’hésitons donc pas à les solliciter pour mettre en place la suite des événements mais sans créer des dispositifs compliqués. Faisons-nous confiance, capitalisons sur nos ressources internes, soyons à l’écoute de nos usagers et de nos équipes. Ce sera le meilleur moyen pour nous, nos équipes et nos organisations d’assurer une sortie de crise qui soit la plus douce possible.
Dans l’attente de nous retrouver, Je vous souhaite courage, prudence et résilience dans ce moment difficile. Prenez soin de vous et des vôtres et nous nous en sortirons sans sortir. Et si vous y êtes contraints, respectez les gestes barrière afin d’éviter tout risque de contaminer d’autres personnes ou de ramener le virus chez vous.

Toute l’équipe de Parce que nous aimons Crest reste à votre écoute et vous souhaite de passer une excellente journée.

😀Petit bonus : Trouvez le mot qui se cache derrière cette charade🤯
Mon premier est un idiot.
On dort dans mon second.
Les guêpes et les abeilles piquent avec mon troisième.
Mon quatrième est la neuvième lettre de l’alphabet.
Mon dernier est une boisson chaude très appréciée des Anglais.
Mon tout est un synonyme de fraternité : ………………