Pourquoi je soutiens la liste “Parce que nous aimons Crest” Tribune de Gisèle Cellier, Conseillère municipale.

C’est avec un petit pincement que je vois venir le 2e tour des élections municipales. J’ai mis tout mon coeur dans mon mandat et le 28 juin je ne me représente pas. Je soutiens l’équipe « Parce que nous aimons Crest » entraînée par Hervé Mariton, parce que je suis convaincue que c’est la mieux à même de répondre aux enjeux de Crest dans les six années qui viennent, d’assurer l’avenir de Crest.

Au fil de mes responsabilités, je suis fière du bilan que nous partageons. Une amie est allée lundi après-midi à l’hôpital pour une consultation et a terminé la journée autour d’une crêpe prés du kiosque. Vous connaissez beaucoup de villes de notre taille avec un hôpital neuf et les services actifs qu’il propose ? Et l’aménagement du quai des Marronniers et plus loin du parc du Bosquet, vous appréciez ? Le bilan des mandats successifs et impressionnants, de la médiathèque au pont en bois, de la Grand’rue au Centre d’art, du skate-park au square de la Résistance, des salles Moulinages-Coloriage à la nouvelle salle prés de l’école Brassens, sans compter de belles initiatives comme « achetezacrest.com » ou l’aménagement des rythmes scolaires. Plus récemment l’action de lutte contre les inondations (bassin de Saint-Antoine, Mazorel, Saleine), le réservoir des Acacias pour économiser l’eau, l’achèvement cette année du remplacement justifié des branchements en plomb.

 Dans les fonctions qui ont été les miennes, je veux rendre compte d’un soutien sans faille au monde associatif, ses bénévoles, ses adhérents. Nous avons toujours été attentifs à proposer des lieux adaptés aux nombreuses initiatives, à accompagner par des agents, des moyens matériels, de la communication. Je suis heureuse que la nouvelle équipe propose un pôle associatif dans le cadre de la reconversion de l’ancien hôpital en écoquartier. J’ai été, pendant un mandat, chargée de sécurité et je suis fière que la nouvelle gendarmerie, la nouvelle caserne des pompiers aient pu être réalisées, grâce à notre maire, de façon remarquable et sans trop solliciter le budget de la Ville. Et oui, il faut développer la vidéo-protection. Et l’idée de renforcer la présence de la police municipale à pied et à vélo me plaît bien.

 Enfin, j’ai toujours, par compétence professionnelle, et dans mes responsabilités d’élue porté intérêt à la gestion, aux finances, au budget. Quel est le chemin parcouru depuis qu’Hervé Mariton est maire ? A l’arrivée de nos équipes le fonctionnement était financé par l’emprunt ! La durée de désendettement était de 37 ans. Nous avons assaini la situation en faisant des économies de fonctionnement (pour l’anecdote le maire n’a pas touché la totalité des indemnités auxquelles il aurait droit) et en même temps beaucoup investi pour équiper Crest. Nous avons aussi, grâce aux réseaux, à l’efficacité d’Hervé Mariton, beaucoup sollicité nos partenaires (l’État, la Région, le Département). Un exemple sur les 1,7 millions que coûte la passerelle (dont les travaux ont repris, la ville ne paie que 400 000 €). Aujourd’hui la durée de désendettement est de 9 1/2 ans. Et nous pouvons encore la réduire. Pour la 24e année, Crest n’augmentera pas les taux des impôts communaux. Qui s’en plaint ? Notre opposition qui envisage de les augmenter.

 Enfin, chacun connaît mon investissement pour les personnes âgées. La mairie est à l’écoute, présente, active, efficace, innovante. On l’a bien vu pendant la crise du COVID.

Voilà ce que j’ai sur le cœur. Des années épuisantes, des années enthousiasmantes. Et maintenant je vais continuer d’une autre manière. Déjà, n’oubliez pas le festival de musique sacrée cet été. Et surtout n’oubliez pas, le 28 juin, d’assurer l’avenir de Crest, Parce que nous aimons Crest,

 Gisèle CELLIER